livreur uber eats

Partenariat Uber Eats-Carrefour : un résultat au-delà des espérances

Alors qu’il était circonstanciel à ses débuts en avril 2020, le partenariat entre Uber Eats et Carrefour s’avère plutôt fructueux. Selon le PDG du distributeur français, Alexandre Bompard, il a déjà généré 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en un an.

En avril 2020, en plein confinement, Carrefour a noué un partenariat avec le géant américain Uber Eats pour préparer et livrer des courses à domicile. Le distributeur français proposait ce service uniquement dans 15 magasins parisiens, pour 150 références disponibles à la livraison. Après le déconfinement, il a maintenu son offre. Une décision judicieuse, à en croire Alexandre Bompard. « Nous avons réalisé 100 millions d’euros de chiffre d’affaires avec Uber en un an. Alors que ce n’était pas un partenariat stratégique ! », a indiqué le PDG de Carrefour lors du Digital Day organisé par le groupe le 9 novembre dernier.

L’alliance Uber Eats-Carrefour étendue en début d’année

Si le pionnier des hypermarchés a atteint cette somme en quelques mois, c’est parce qu’il a renforcé son partenariat avec Uber Eats en début d’année 2021. En effet, Carrefour a étendu son service à 830 points de vente dans 170 agglomérations françaises pour 3000 références. Fin octobre dernier, il a franchi une nouvelle étape en signant un accord tripartite avec Uber Eats et Cajoo pour la création de la plateforme Carrefour Sprint. Objectif : s’imposer dans le quick commerce (livraison en 15 minutes), un marché prometteur.

Le nouveau plan de Carrefour

Disponible uniquement à Boulogne, Levallois, Neuilly et Paris intra-muros, cette nouvelle solution va toucher 5 autres agglomérations d’ici la fin d’année. Il s’agit de Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Lille et Lyon. Carrefour souhaite à terme concurrencer Amazon et Walmart. Pour soutenir son ambition, il prévoit d’investir 3 milliards d’euros dans la livraison à domicile d’ici à 2026 afin de conquérir 5 millions de clients supplémentaires.

Keep Exploring
Dominique Schelcher
Système U accepte à nouveau les commerciaux dans ses enseignes