Pour une réelle transition écologique, la grande distribution doit aller au-delà de la seconde main

Après les rayons bio et les produits locaux, la grande distribution s’empare de la seconde main. Mais ce modèle d’économie circulaire ne va pas suffire à réaliser une véritable transition écologique. Il faudrait intégrer d’autres solutions plus pérennes.

Depuis quelques années, la grande distribution est engagée dans la transition écologique. Pour réaliser cette transformation, elle compte notamment sur le bio, les produits locaux et la seconde main. Des enseignes comme Auchan, Leclerc et Carrefour ont particulièrement misé sur cette dernière solution, en partenariat avec des startups spécialisées. 

Vers une nouvelle boucle de consommation

Grâce à cet engagement, les distributeurs améliorent leur image de marque, gagnent de nouveaux profits et captent un marché en plein essor. Mais leur effort en faveur de la planète ne devrait pas suffire. En effet, la seconde main pourrait créer une nouvelle boucle de consommation. Car les plus aisés ont tendance à vendre leurs biens pour acheter du neuf. Aussi, le modèle repose sur la disposition d’un grand nombre de produits. D’où la persistance du problème de la surproduction.

Partage et location pour les outils de bricolage

La seconde main ne va donc pas sauver l’Humanité. Elle n’est que « l’une des clés pour mener la transition écologique », observe dans Libération Nicolas Befort, économiste de la transition écologique. Il considère qu’il faut penser à des solutions complémentaires comme le partage et la location. Ces modes de fonctionnement siéent davantage à des produits utilisés à l’occasion, comme les outils de bricolage (perceuse, scie, pince, cutter, etc.). Les consommateurs pourraient bien se les passer au besoin, au lieu d’en posséder chacun. 

Une synergie des efforts entre acteurs privés et publics

Par ailleurs, il faudrait aussi que la grande distribution signe des accords avec des organisations environnementales, des associations de consommateurs et les pouvoirs publics pour créer une véritable synergie. C’est seulement à cette condition que le retail pourrait changer quelque chose. Ce changement s’avère d’autant crucial que les grandes surfaces font partie des circuits qui captent l’essentiel une grosse partie de la consommation.

Keep Exploring
France Commerce regroupe les adhérent de la FCD
Création de « France Commerce » au service d’une vision stratégique pour 2030