Fabien Thomas (Retail Insight) : « L’intelligence artificielle pour relever les défis opérationnels de la grande distribution »

La disponibilité en magasin, la réduction du gaspillage alimentaire et la gestion précise et rapide des inventaires sont des défis de taille pour les distributeurs, dans un environnement marqué par une exigence croissante des consommateurs en matière d’expérience client et de durabilité. Retail Insight développe, depuis près de vingt ans, des solutions logicielles afin d’aider ses clients distributeurs à résoudre certains de ces problèmes opérationnels. D’origine anglo-saxonne, la société a récemment annoncé vouloir développer ses activités sur le sol français. Actu Retail a pu échanger avec Fabien Thomas, nouvellement nommé directeur France de l’entreprise.

Comment votre parcours vous a-t-il conduit à rejoindre Retail Insight ? Pourquoi la société s’intéresse-t-elle au marché français ?

Fabien Thomas : Retail Insight est un éditeur de logiciels spécialisé dans le secteur de la grande distribution et, plus particulièrement, sur les aspects opérationnels de cette industrie. De mon côté, j’ai eu plusieurs expériences professionnelles dans les secteurs de la grande distribution et du logiciel qui m’ont donné une compréhension holistique de leurs dimensions marketing, commerciales et logistiques. 

Je retrouve chez Retail Insight une synthèse idéale de mon parcours. Je souhaitais faire partie de cette aventure entrepreneuriale, particulièrement dans le cadre du développement de la nouvelle branche française de la société. Rassembler une équipe pour répondre à ce nouveau défi m’a tout de suite plu et attiré. 

Retail Insight existe depuis près de vingt ans et a su développer une expérience approfondie du milieu de la grande distribution. C’est une société à la rentabilité éprouvée, qui a déjà apporté les preuves de son expertise en accompagnant ses clients historiques sur le long terme. L’offre de Retail Insight est en cohérence avec les besoins du marché français. La société s’est historiquement développée dans le monde anglo-saxon – aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. Elle a récemment trouvé une voie d’expansion en Europe centrale (Allemagne, Autriche, Suisse), et c’est désormais vers la France que nous nous tournons.

En quoi consiste l’offre de Retail Insight ?

Fabien Thomas : Nous collectons, chez nos clients distributeurs, des données qui sont principalement issues des systèmes de caisse : informations produit, informations transactionnelles, etc. Nous appliquons ensuite sur cet ensemble de données ce que nous nommons une technologie « cognitive ». Celle-ci repose à la fois sur notre expertise métier et sur de puissants moteurs algorithmiques.

À partir de la donnée brute, nous mobilisons des modèles mathématiques éprouvés à grande échelle auprès d’acteurs anglo-saxons comme Kroger, qui gère en moyenne 60 000 produits (SKU) par magasin (plus de 2 700 magasins). Ces modèles mathématiques produisent des « données augmentées » qui sont renvoyées vers les systèmes opérationnels de nos clients pour accroître la performance de certains indicateurs, comme le taux de disponibilité des produits, le taux de précision des inventaires ou encore le taux de gaspillage.

On estime aujourd’hui qu’environ 26 % des consommateurs se détournent d’une enseigne parce qu’ils n’y trouvent pas un produit en particulier. Nous avons constaté que notre solution permettait d’accroître la disponibilité des produits d’environ 1 à 4 %. Pour un acteur de l’envergure de Kroger, 0,5 % de disponibilité additionnelle représente approximativement 500 millions de dollars de chiffre d’affaires incrémental.

Nous fiabilisons également la gestion des inventaires afin que ceux-ci soient les plus précis possibles. Une récente étude mondiale, menée auprès d’un grand nombre de distributeurs, a montré qu’il existe généralement un décalage de 60 % entre l’inventaire réel et l’inventaire enregistré en « back-office ». Retail Insight assure une meilleure correspondance entre ces deux inventaires, en parvenant à réduire ce taux d’erreur de 10 à 15 %. 

Nous proposons enfin une solution permettant de réduire le gaspillage. Nous appliquons ainsi un prix dynamique pour assurer la promotion d’articles en fin de vie, afin de les écouler plus facilement. Cette solution permet de réduire de 3 à 4 % le volume de produits gaspillés.

Sur quelles technologies reposent les solutions proposées par Retail Insight ?

Fabien Thomas : Nous utilisons une intelligence artificielle, qui prend en entrée une donnée brute chez le client distributeur et la rend exploitable en corrigeant certaines erreurs, par auto-apprentissage – ce que l’on appelle le « machine learning ». Nous travaillons avec les distributeurs pour rendre cette donnée exploitable. Nous appliquons ensuite nos propres connaissances métiers et algorithmiques pour définir des indicateurs clés par catégorie et par article, par exemple pour indiquer la disponibilité d’un produit. 

Des fonctions prédictives peuvent également être intégrées à notre offre. Nous pouvons ainsi identifier en amont les articles susceptibles d’être indisponibles – en identifiant les causes de cette indisponibilité. Toutes les dimensions liées à un produit sont intégrées dans notre système afin de rendre nos prédictions les plus précises possibles.

Quelles sont les spécificités du marché français et quelle est l’approche développée par Retail Insight face à ces nouveaux défis ?

Fabien Thomas : Bien qu’étant encore en phase exploratoire dans cette zone géographique, nous constatons que la France est très mature sur les questions liées au gaspillage alimentaire. Certains acteurs sont bien implantés et proposent déjà des solutions. Les distributeurs eux-mêmes sont, au moins en partie, sensibilisés à ces solutions. Nous sommes toutefois convaincus que nous pouvons proposer des recommandations différentes et plus approfondies afin d’accroître la performance de nos clients.

Les spécificités françaises sont liées à l’organisation des distributeurs, comme celle d’Intermarché. Ce modèle entrepreneurial d’associés en coopérative, décentralisé, est peu connu aujourd’hui de Retail Insight – même si nous travaillons avec Co-op UK et les franchises M&S qui fonctionnent selon un modèle similaire. Le format des données utilisées est également différent de ceux que nous connaissons. Cela va faire partie de notre parcours d’apprentissage. Nous souhaitons prendre le temps de travailler sur ces différences structurelles pour proposer les solutions les plus adaptées à nos clients.

Quelles sont les perspectives de développement de Retail Insight ?

Fabien Thomas : De façon générale, nous allons continuer à mettre notre expertise métier et technique au service de nos clients, au travers d’un accompagnement de long terme sur les trois piliers que j’ai pu mentionner. Notre taux d’attrition est nul à l’heure actuelle, ce qui signifie que nos clients perçoivent une réelle plus-value dans l’utilisation de nos solutions. 

Nous souhaiterions déployer en France deux à trois pilotes fonctionnels sur les douze prochains mois – un investissement 100 % Retail Insight, sans frais pour les distributeurs, sur une durée limitée et avec des conditions à discuter. Cela nous permettra de tester nos processus de collecte de données clients et d’évaluer l’impact de nos solutions dans ce nouvel environnement sur les trois volets de notre offre : disponibilité produit, gestion du gaspillage alimentaire et optimisation des inventaires. 

Ces premiers projets devraient nous permettre d’identifier les solutions les plus pertinentes à proposer à des distributeurs français qui, encore une fois, se positionnent à des niveaux de maturité différents de leurs homologues anglo-saxons sur ces thématiques. Nos pilotes devraient être fonctionnels au bout de quatre à six semaines et pourront ensuite, en fonction des retours de nos clients, être déployés sur plusieurs magasins.

Keep Exploring
Kronenbourg Strasbourg
Kronenbourg veut rebondir grâce à la grande distribution