Forte demande pour les sacs en toile de jute signés Henri Bal

Depuis un an, l’entreprise normande Henri Bal enregistre une hausse des demandes de sacs en toile de jute de la part des enseignes de la grande distribution. La proportion des ventes de ce type de cabas a même supplanté celle du modèle en plastique réutilisable sur lequel reposait son business.

90 ans d’expérience

Créée en 1920 et implantée à Flers (Orne), L’entreprise Henri Bal fabrique des sacs d’emballage en tissu et non tissés sur mesure. Au fil des ans, elle a su évoluer et s’adapter afin de rester compétitive sur le marché et satisfaire les nouveaux modes de consommation. Ceux-ci privilégient les matières recyclables et réutilisables aux dépens de produits à usage unique. Depuis quelques années, la société normande confectionne des sacs en toile de jute personnalisables et réutilisables pour les fournir aux commerçants.

Inversion des proportions entre plastique et fibre naturelle 

Soucieuses de s’aligner sur les valeurs de leurs clients, les grandes enseignes commandent de plus en plus ce genre de contenants. Henri Bal note ainsi une hausse des demandes, faisant de ce cabas le type de produit le plus vendu. Il supplante désormais le sac en plastique réutilisable, avec une proportion de ventes de 70 % contre 30 %. « Au premier semestre 2021, nous avons vendu environ deux millions de sacs en toile de jute » indique Sébastien Marek, directeur commercial. Henri Bal importe ses sacs d’Inde pour les personnaliser dans son atelier de Flers, un travail de customisation qu’il confie à son graphiste et à son sérigraphe.

Près de dix millions d’euros de chiffre d’affaires

Forte de son succès, l’entreprise emploie aujourd’hui 18 personnes et réalise un chiffre d’affaires de près de dix millions d’euros. Pour continuer de se développer, elle lance le recrutement de 4 commerciaux devant couvrir le Nord, l’Est, la Normandie, la Bretagne et la région bordelaise. Ils s’ajouteront aux deux commerciaux qui gèrent actuellement la région lyonnaise et la côte méditerranéenne.

Keep Exploring
Grande distribution: Carrefour continue sa dégringolade