Michel-Édouard Leclerc se positionne sur le passe sanitaire

Au micro de RMC/BFMTV vendredi 27 août, le patron de la chaîne de grande distribution a demandé une réévaluation du passe sanitaire dans les grands centres commerciaux et a également appelé les industriels à ne pas profiter de la crise pour augmenter leurs prix.

Vers la fin du cas par cas 

Alors qu’une quinzaine de ses hypermarchés sont concernés par son instauration, Michel-Édouard Leclerc a demandé vendredi « la fin du passe sanitaire dans les grands centres commerciaux » de plus de 20 000 m² s’il n’a pas vocation à être généralisé.

Pour étayer ses propos, il assure que le dispositif peut porter à confusion pour le consommateur : « le consommateur n’est pas informé, les commerçants ne peuvent pas faire de publicité pour dire [s’ils contrôlent le pass sanitaire] puisque c’est sur la base d’indicateurs qui évoluent ». Et c’est aux préfets qu’il revient de prendre la décision d’appliquer, ou pas, le passe sanitaire dans les centres commerciaux, suivant les conditions sanitaires.

Mardi dernier, le tribunal administratif de Versailles a suspendu un arrêté du préfet des Yvelines rendant obligatoire le passe sanitaire dans les centres commerciaux, au motif qu’il empêchait l’accès aux biens de première nécessité aux personnes n’en disposant pas. Des requêtes en référé sont en cours dans d’autres départements.

Au sujet des spéculations sur les matières premières

Michel-Édouard Leclerc a également défendu la poursuite du « dispositif de soutien » aux commerçants « avec le chômage partiel, etc. parce que ça a un gros impact ».

Il a en outre dénoncé l’inflation sur certains matières premières : « On nous annonce des hausses du sucre raffiné de 10%, sur les pâtes de 23%, sur la charcuterie entre 9 et 15% (…), sur le vinaigre 15%, sur l’huile d’olive 11%” avant les négociations commerciales annuelles ». Selon le président des centres E.Leclerc, cette hausse des prix devra être négociée avant d’être ressentie par le consommateur, et avance : « on ne va pas laisser cette reprise de la consommation se bloquer par quelques spéculateurs ». 

Keep Exploring
Caissière
L’image du retail renforcée par le confinement