Enseigne Leclerc

Les centrales d’achats, la prochaine bataille entre distributeurs et industriels ?

Alors qu’ils mènent déjà un bras de fer autour des négociations commerciales, distributeurs et industriels pourraient bientôt s’empoigner sur le sujet des centrales d’achats installés à l’étranger. Ces structures serviraient à contourner la loi française et à prendre le dessus sur les fabricants.

A cause de l’inflation, le bras de fer entre distributeurs et industriels s’est accentué en 2023. Les négociations commerciales, point de crispation majeur, risquent d’être électriques cette année. Pour ne pas arranger la relation entre ces deux acteurs clés de l’économie nationale, une nouvelle dispute pointe à l’horizon. Celle autour des centrales d’achats installés à l’étranger par les enseignes de la grande distribution.

Tout le monde à sa centrale d’achats à l’étranger

E.Leclerc a ouvert en Belgique Eurelec, société de droit belge, en collaboration avec le groupe allemand Rewe. Carrefour a créé Eureca, située à Madrid. Et Système U détient Everest aux Pays-Bas, en partenariat avec l’allemand Edeka et le néerlandais Picnic. Les exemples sont légions. Dans un rapport de 2019, une commission d’enquête parlementaire alerte sur ce système et dénonce son opacité.

Contre les lois Egalim et Descrozaille

Bercy, lui, a porté l’affaire devant la Cour de justice de l’Union européenne (CUEJ), faute de pouvoir la régler au niveau national pour une histoire de compétences. Bruno Le Maire accuse E.Leclerc et Eurelec de contourner la réglementation française Egalim, qui impose une rémunération minimum pour les agriculteurs, mais également de tordre le coup à la loi Descrozaille. Malheureusement, la CUEJ a donné raison au distributeur.

Une amende infligée à E.Leclerc en 2020

Mais en septembre 2020, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait déjà infligé une amende de 6,34 millions d’euros à Eurelec. Le superviseur avait évoqué un non-respect allégué de la réglementation française relative au formalisme des négociations entre fournisseurs et distributeurs.

L’union fait la force face aux agro-industriels

La sanction n’a pas échaudé E.Leclerc et tous les autres distributeurs ayant des centrales d’achats à l’étranger. La coopérative d’indépendants répète qu’elle n’a pas la volonté d’échapper aux règles du droit français. Elle souhaiterait seulement trouver un pays en commun avec ses partenaires. Pas de quoi convaincre les spécialistes qui pensent que les retailers créent des alliances européennes pour être plus forts face aux industriels de l’agroalimentaire.

Keep Exploring
Henri Foucaud (Hapticmedia) : « Faire de la modélisation 3D un levier d’engagement client »