Inflation : les Belges font de plus en plus leurs achats en France

Nombreux sont les Belges qui traversent la frontière pour effectuer leurs achats en France. Ils sont attirés par des prix généralement moins élevés. Mais cette ruée vers les supermarchés français inquiète les distributeurs belges.

Les Belges sont de plus en plus nombreux à franchir la frontière pour faire leurs courses en France. Selon l’hebdomadaire Le Vif, leurs achats en Hexagone ont augmenté de 70 % sur un an au premier trimestre 2023.

1,7 milliard d’euros de dépenses sur l’alimentaire

Plus largement, les courses réalisées à l’étranger par les Belges ont atteint un niveau record en 2023. Près de 40 % des habitants du plat pays font désormais leurs achats hors de leur territoire. Ils achètent en particulier de l’alimentaire avec 1,7 milliard d’euros de dépenses sur cette catégorie. Mais également les boissons, qui constituent un produit d’appel dans les supermarchés à l’étranger.

Ecart de prix de 34,7 % sur des surgelés

Si les Belges font leurs courses en France, c’est parce que les prix y sont généralement moins élevés. Dans l’Hexagone, ils peuvent réaliser en moyenne une économie de 9% pour une course hebdomadaire, voire de 19 % sur les grandes marques. On retrouve même des écarts de prix de 34,7 % sur des surgelés et 32,8 % sur l’alimentation animale. Cette différence s’explique par le modèle français. Celui-ci profite des négociations entre fournisseurs et distributeurs pour limiter la flambée des prix.

Inquiétude chez les retailers belges

Il y a aussi le fait que les salaires soient plus élevés en Belgique car indexés sur l’inflation. Pour s’en sortir, les enseignes sont contraintes de répercuter l’augmentation sur le prix de leurs produits. On peut en outre évoquer des hausses de coûts de matières premières plus importantes en Belgique qu’en France. Face à la concurrence des grandes surfaces étrangères, les distributeurs belges s’inquiètent pour leurs activités. Ils craignent de ne pas pouvoir résister très longtemps.

Keep Exploring
E-commerce
Grande-Bretagne : la grande distribution réclame une taxe de 1% sur les ventes du e-commerce