L’apport bénéfique des crises sur la politique RSE

Covid-19, urgence climatique, guerre en Ukraine. Le chevauchement des crises ces dernières années et leur impact sur les sociétés imposent aux entreprises des défis considérables. Il y a pour autant et en dépit des difficultés, des opportunités à saisir de la crise. Exemple aujourd’hui avec le groupe Casino : pour Actu Retail, Matthieu Riché, directeur de l’engagement et de la RSE du distributeur, est revenu sur les principaux engagements pris par le distributeur.

Les périodes de crise sont aussi des périodes d’opportunités pour accélérer les changements de comportements. Comme le disait le philosophe Frédéric Lenoir, l’étymologie chinoise du terme « crise » est représentée par deux idéogrammes qui signifient danger et opportunité. Selon Matthieu Riché, directeur de l’engagement et de la RSE du groupe Casino, « il y a toujours dans une crise la possibilité de changer, de s’ouvrir à autre chose, d’en comprendre les causes et d’essayer d’en tirer les conséquences. Elle peut être une prise de conscience qui permet de vivre autrement, tant au niveau individuel que collectif ».

Des changements de comportements antérieurs à la crise pandémique

La crise sanitaire a rappelé que les habitudes de consommation ne sont pas acquises et dépendent des conjonctures tant politiques qu’économiques. Plusieurs tendances travaillent les consommateurs depuis plusieurs années, bien avant la crise sanitaire, et influent sur les comportements d’achat. Sensibilité accrue au bien-être animal, impact environnemental de la production et de la distribution des produits, impact sur la santé humaine… Selon l’indice de l’évolution des habitudes des consommateurs créé par le cabinet de conseil EY, « les gens renouent avec leurs valeurs profondes », avec un recentrage sur les « besoins simples ». Une préoccupation que les tensions actuelles sur le pouvoir d’achat des ménages renforcent naturellement. Selon Matthieu Riché, la réduction du gaspillage alimentaire est une des pistes pour répondre à la fois au besoin d’une consommation plus responsable et de soulager les surcoûts induits par l’inflation : « réduire le gaspillage en magasin et chez soi est un levier important pour améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs et le résultat des magasins ».

Faire de la lutte pour le pouvoir d’achat durable un atout pour la planète

Sensibilisation des équipes et des clients, amélioration des processus de contrôle du devenir des produits mis en vente… Selon Matthieu Riché, les initiatives permettent au groupe Casino de renforcer ses engagements. Ainsi, plusieurs partenariats ont été noués avec des acteurs de la tech et du monde associatif : « avec l’identification plus rapide des produits à DLC courtes par l’application Coda Bene et la promotion des applications de lutte contre le gaspillage comme Too Good To Go ou Phénix par exemple, nous accompagnons des changements de comportement bénéfiques pour le portefeuille tout en réduisant les émissions carbones ».

D’autres changements de comportements à l’œuvre dans un contexte inflationniste pourraient également se révéler bénéfiques tant pour la préservation de la planète que pour le pouvoir d’achat des ménages. Parmi eux, la réduction de la consommation de viande pour des viandes de meilleure qualité (moins, mais mieux) et au profit des protéines végétales, qui constituent « une véritable bascule dans l’alimentation des consommateurs et pour réduire l’impact environnemental de l’alimentation » selon Matthieu Riché. En outre, l’inflation record peut aussi amener les acheteurs à établir des arbitrages, sur la viande par exemple, en les orientant vers des produits d’origine végétale. Une tendance favorable à la planète et aux animaux « qui pourrait même à l’avenir s’inscrire dans une pratique beaucoup plus régulière ».

Réduire les coûts pour les entreprises    

Pour les marques, ces bouleversements sont aussi l’occasion de revoir des aspects cruciaux des modes de consommation. Si le vrac fait partie des tendances en vogue depuis plusieurs années, « il lui reste encore de beaux défis à relever et de nombreux points à parfaire afin d’être présent dans tous nos rayons et utilisé par le plus grand nombre de clients », affirme Matthieu Riché, « l’enseigne Casino travaille notamment sur la capacité à lire les produits achetés en vrac afin que le consommateur ait instantanément accès au prix au moment où il remplit le contenant ». Par ailleurs, si les entreprises sont déjà dans une démarche de réduction des emballages, la hausse des prix de ceux-ci conduit, par la force des choses, les entreprises à accélérer le rythme en les réduisant ou les éliminant dès que possible. Un cycle vertueux peut s’enclencher tant pour la préservation de la planète, les entreprises et les consommateurs.

Sensibiliser les clients et les collaborateurs

Outre cette adaptation collective face à la montée des coûts sur les produits de base, d’autres initiatives encore sont possibles. Ainsi, « le groupe Casino collabore sur un travail de fond depuis plus de 10 ans avec GreenYellow afin de réduire drastiquement les consommations d’énergies de nos magasins, grâce notamment à la fermeture des portes sur les meubles froids par exemple », nous explique Matthieu Riché. Compte tenu du nombre de magasins de l’enseigne en France, ainsi que du nombre de consommateurs, « inciter chacun à fermer les portes lorsqu’elles restent ouvertes représente un éco geste citoyen à l’impact non négligeable ». Mais « d’autres leviers, plus structurants peuvent être activés car chacun entend les messages de sobriété énergétique. Plus que jamais, nous devons continuer à faire la chasse au gaspi à tous les étages », conclut-il.

Keep Exploring
Magasin Intermarché
Covid-19 : Intermarché offre des bons d’achats aux étudiants en difficultés