La grande distribution accepte d’endosser l’inflation sur l’énergie

La grande distribution a annoncé récemment la prise en compte de la hausse des prix de l’énergie subie par les PME de l’agroalimentaire. Cet engagement a été pris sous l’égide du ministère de l’Économie.

Les enseignes de la grande distribution s’engagent à prendre à leur charge la hausse des prix de l’énergie subie par les PME de l’agroalimentaire. Cette promesse a été faite le jeudi 8 décembre en présence d’Olivia Grégoire, la ministre chargée des Petites et moyennes entreprises et du Commerce.

Fournir des justifications concrètes

Non contraignant juridiquement, cet engagement concerne les PME ayant de petites marges et une trésorerie fragile. Plus exactement, celles qui réalisent moins de 50 millions d’euros de chiffres d’affaires. On en dénombre 20 000, employant 250 000 personnes. Mais ces PME devront fournir des justifications concrètes et justifier les augmentations demandées.

Un engagement valable jusqu’au 1er mars 2023

Pour ce qui concerne les sociétés indépendantes ou non filiales de grands groupes, elles bénéficieront d’une prise en charge de la part correspondante de la hausse de tarif demandée. Il faudra cependant fournir les informations au plus tard quatre semaines après le 1er décembre 2022 pour un engagement courant jusqu’à la fin des négociations commerciales de 2023. Soit le 1er mars prochain. Ces discussions permettront de fixer les variations de prix sur tous les produits du quotidien pendant un an.

Vers une hausse des prix en rayons

Si la charte représente un bol d’air pour les PME, elle devrait trouer le portefeuille des consommateurs. En effet, ces derniers paieront plus cher les produits alimentaires l’année prochaine. À moins que les distributeurs ne rognent sur leurs marges, déjà de 1% contre entre 12 et 15% pour les grands industriels. Mais ils n’ont pas le choix s’ils veulent garder leur clientèle face à la rude concurrence dans le secteur. Ils souhaitent néanmoins entraîner les grandes entreprises agroalimentaires dans leur engagement afin qu’elles fassent un effort proportionnel à leurs marges.

Keep Exploring
e-commerce, vocal
Après Intermarché, E.Leclerc et Monoprix, Carrefour se relance dans les courses vocales avec Google ?