Podium ou classement

Les entreprises de la grande distribution conservent une bonne image auprès des Français

Trois enseignes de la grande distribution figurent dans le Top 10 du baromètre trimestriel Posternark-Ifop, qui mesure l’image de marque des entreprises auprès des Français.

L’enseigne Intermarché est l’entreprise qui jouit de la meilleur image auprès des Français selon le classement du baromètre Posternak-Ifop du second trimestre 2020. En tête du classement, l’enseigne présidée par Thierry Cotillard obtient 68 points sur 100. Avec 65 points, l’enseigne E.Leclerc rate de peu le podium, en se classant à la 4ème position. De son côté, Auchan décroche la 8ème place en obtenant 53 points sur 100. Ces trois enseignes de la grande distribution rivalisent ainsi avec des entreprises de l’industrie automobile comme Michelin (2ème) ou Peugeot (3ème) et des entreprises de l’industrie cosmétique comme Yves Rocher (5ème) ou L’Oréal (9ème).

L’image des entreprises dégradée au lendemain de la crise sanitaire

Les performances enregistrées par ces trois enseignes de la grande distribution s’inscrivent dans un contexte dans lequel l’image des entreprises est dégradée.

L’indice qui mesure l’image de marque des entreprises est passé à 34 points sur 100, soit une chute vertigineuse de 16 points entre le début de l’année et le mois de juin 2020. Il s’agit même de l’un des scores les plus bas jamais obtenus par les entreprises depuis la création de ce baromètre. Pour trouver de tels chiffres, il faut remonter à la crise des subprimes (30 points) ou bien à la crise des dettes souveraines en 2009-2010 (29 points). Sur les 30 entreprises soumises au panel de consommateurs français (1007 personnes), 27 enregistrent un recul – significatif pour certaines – de leurs indices. Parmi les mauvais élèves, Renault perd 33 points en l’espace de quelques mois, avec seulement 17% des Français qui disent avoir une bonne opinion de l’entreprise tricolore.

La crise du coronavirus semble donc expliquer la piètre performance de certaines entreprises, qui jouissaient pourtant en amont de celle-ci, d’une bonne image auprès des Français. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette désaffection de la part de ces derniers. D’une part, certains peuvent reprocher une mauvaise gestion de la crise sanitaire par ces entreprises, en particulier en ce qui concerne la protection des salariés face à l’épidémie. D’autre part, les craintes quant à la situation économique de certaines entreprises dans la phase post Covid-19 peut expliquer, en partie, les contres-performances observées dans le baromètre. C’est d’autant plus vrai pour Renault, dont l’avenir de nombreux salariés a été bouleversé par la décision de fermer 4 sites industriels en France.

La grande distribution continue d’avoir bonne réputation auprès des Français

“À part ces quelques exceptions, ce sont les enseignes de la grande distribution qui semblent avoir limité le plus la casse pendant la crise du coronavirus, continuant à bénéficier de cet état de grâce que les distributeurs ont connu pendant cette période sans précédent” souligne Business Insider qui a relayé les résultats du baromètre.

Preuve que l’action de la grande distribution, notamment en plein cœur de la crise sanitaire, est saluée par les Français. Et que la mission essentielle à la nation à laquelle elle s’est attelée lui a permis de redorer son blason auprès d’une frange de la population. Pour y parvenir, les enseignes n’ont pas hésité à soutenir les producteurs locaux, à développer de nombreuses initiatives solidaires, et à faire de la protection des salariés et des clients leur priorité.

Le baromètre Posternak-Ifop couronne, encore une fois, les efforts déployés par la grande distribution afin de gérer au mieux l’approvisionnement des Français pendant la crise sanitaire. Plus encore, elle peut accentuer le sentiment de fierté des employés, qui pendant plusieurs mois, ont été fortement mobilisés pour approvisionner tout un pays en produits de première nécessité pendant le confinement.

Keep Exploring
Carrefour market
Carrefour : « Epuisés moralement et physiquement », malaise chez les salariés du groupe