Soldes

A quoi vont ressembler les soldes d’été 2020 ?

Comme annoncé il y a deux semaines, le gouvernement a pris la décision de maintenir les soldes d’été et de les faire débuter le 15 juillet plutôt que fin juin comme prévu initialement. Une démarche certes ambitieuse mais qui n’est pas du goût de tous les commerçants et qui ne suffit pas à leur redonner le sourire. Alors que les cas de coronavirus semblent repartir de plus belle dans certaines zones, c’est une édition assez particulière qui s’annonce cette année…

Un redémarrage éprouvant pour les grandes marques

Si au déconfinement les grandes marques des centres commerciaux avaient vu les clients revenir rapidement dans leurs magasins, force est de constater que ce redémarrage sur les chapeaux de roues n’était pas un phénomène de long souffle. Aujourd’hui les distributeurs du secteur textile s’inquiètent de ce que les soldes ne soient pas suffisantes pour rattraper les chiffres catastrophiques des mois de mai-juin (baisse de près de 40% de la fréquentation des magasins). La plupart sont résignés, contrairement au Ministre de l’Economie et de la Relance Bruno Le Maire, qui se veut optimiste pour la suite.

Le report des soldes, demandé par beaucoup d’acteurs du secteur dans un premier temps, pourrait paradoxalement les tirer vers le bas. Certainement pensaient-ils qu’au sortir de la crise, le pouvoir d’achat des consommateurs ayant été amoindri, ces derniers ne songeraient à consommer que lorsqu’ils disposeraient de promotions. Toutefois, certains clients nous se montreraient réticents à se rendre en magasin pour se prémunir d’une potentielle infection.

De plus l’expérience en magasin est fondamentalement moins plaisante pour le consommateur car beaucoup plus restreinte et contrôlée : usage systématique de gel nettoyant à l’entrée, cabines d’essayages fréquemment fermées… Enfin le timing en lui-même est peu propice à une intensification des ventes avec des habitants des grandes villes prévoyant de partir en vacances maintenant qu’ils peuvent se déplacer librement, tandis que les recettes provenant des touristes étrangers seront à peu de choses près réduites à néant. Les dernières prévisions de l’Observatoire société et consommation ne feront hélas qu’ajouter au marasme ambiant (14% des Français seulement sont sûrs et certains de dépenser pour des habits durant cette période).

Le coronavirus en recrudescence

Les derniers chiffres sur l’épidémie de coronavirus se montrent de plus en plus inquiétants, comme l’a indiqué le Président de la République mardi 14 juillet en évoquant une petite reprise de la propagation du virus, et certains départements comme les Pyrénées Orientales voient leur nombre de cas augmenter rapidement. Face à cette tendance à la hausse on ne peut plus inquiétante, beaucoup de chefs d’entreprises et de commerçants sont tiraillés : certains veulent maintenir leur activité car ils estiment avoir déjà perdu suffisamment de temps et d’argent et ne veulent pas risquer la faillite tandis que d’autres, à l’image du président d’Etam Laurent Milchior, pensent qu’il aurait été plus sage d’annuler les soldes.

Quoiqu’il en soit, les soldes d’été seront douces-amères pour les commerçants car il s’agit moins cette année de réaliser de bons chiffres que de liquider des stocks bien trop fournis pour une clientèle déclinante, dans un contexte de crise sanitaire persistante et de crise économique qui ne fait que commencer.

Keep Exploring
Poulets
Auchan met en vente du poulet nourri aux insectes