Auchan sort du marché chinois et vend ses parts de SunArt à Alibaba

En cédant la totalité de ses parts de sa filiale SunArt à Alibaba, Auchan quitte définitivement le marché chinois de la grande distribution, après une présence de 22 ans dans le pays. Et ce malgré de bons résultats d’Auchan Holdings au premier semestre 2020.

Une sortie de la Chine qui suit celles de Carrefour, Tesco, Amazon, Marks & Spencer… La liste d’entreprises n’ayant pas su s’adapter aux changements rapides de la consommation des habitants de l’Empire du Milieu et se démarquer de la concurrence s’allonge encore.

Le marché de la distribution chinoise concentré à l’extrême

Avec SunArt, représentant 484 magasins et 150 000 collaborateurs, Auchan était le leader des grandes surfaces alimentaires en Chine. Cela n’a cependant pas été suffisant pour le distributeur français, qui, après avoir conclu une alliance trois ans plus tôt avec Alibaba, a finalement accepté la proposition de celui-ci de racheter les parts d’Auchan dans SunArt. Pour un montant d’environ 3 milliards d’euros, à 8,10 dollars de Hong Kong l’action, la plus grande plateforme en ligne de commerce B2B au monde devient donc l’actionnaire majoritaire de SunArt. 

Déjà en 2019, le remplacement du directeur général de SunArt au profit de Huang Ming-tuan, provenant de l’ancien actionnaire Ruentex, avait été interprété comme un désengagement d’Auchan en Chine. Un désengagement désormais acté, car, d’après les mots d’Edgar Bonte, président d’Auchan Retail, le marché chinois, bien qu’“inspirant”, n’en reste pas moins “très spécifique”. C’est en effet un marché aux codes précis, où le secteur de la distribution est fortement concentré avec des acteurs locaux puissants, et où les tendances virent rapidement de bord. Les groupes européens, comme américains, n’ont pas toujours la capacité d’y agir aussi rapidement que nécessaire. Quand la concurrence locale avait contraint Jeff Bezos à fermer son site de vente, c’est aujourd’hui la montée fulgurante de l’e-commerce en Chine qui fini de bousculer Auchan, après avoir fait partir Carrefour.

Une cession qui doit permettre à Auchan d’atteindre ses objectifs de transformation

Cette vente intervient dans un contexte particulier, celui du plan de transformation d’Auchan, nommé “Auchan 2022”. Un plan qui souhaite adapter “le modèle, l’offre et l’organisation d’Auchan aux nouvelles attentes des consommateurs et citoyens”. Les 3 milliards engrangés par la cession des parts de SunArt permettraient de financer une partie de ce plan ainsi que de désendetter le groupe. 

Cette cession est donc un autre pas d’Auchan vers cette grande transformation, nécessaire à l’heure où le modèle de l’hypermarché ne fait que perdre en vitesse. Après le plan de départ volontaire concernant 517 postes, puis l’annonce de la suppression de 1500 postes en France, et aujourd’hui la cession de SunArt, l’enseigne agit pour s’adapter aux changements de paradigme actuel, et notamment à la montée de l’e-commerce. Reste à savoir comment la deuxième vague, avec ses conséquences sur la grande distribution et le retail en ligne, impactera le distributeur français.   

Keep Exploring
La Samaritaine va bien ouvrir le 23 juin