Supermarché Casino

Groupe Casino, une année 2020 marquée par une accélération de la rentabilité de l’ensemble des formats

Le distributeur stéphanois a publié ce matin, avant l’ouverture des marchés, des résultats annuels 2020 caractérisés par une augmentation significative de la rentabilité de l’ensemble des formats, ainsi que par une forte réduction de son niveau d’endettement. Si les coûts liés à la crise sanitaire ont un peu impacté le premier semestre, le second a été marqué par une amélioration globale de la rentabilité, tant en France qu’en Amérique latine et sur les activités e-commerce.

Porté par une croissance de plus de 8% de son chiffre d’affaires en 2020, à 31,9 milliards d’euros, le groupe présidé par Jean-Charles Naouri enregistre sur l’année une croissance de plus de 17% de sa rentabilité. En Amérique latine, grâce notamment aux solides performances d’Assaí, la filiale Cash & Carry du groupe Casino, qui devrait d’ailleurs, comme nous le rappelions hier, faire son entrée dans les tous prochains jours en bourse, sur les places de Sao Paulo et de New York, la rentabilité est en progression de plus de 36,1%. Ce sont d’excellents résultats qui sont présentés ce matin. De plus, alors même que l’on pouvait craindre que la baisse du tourisme en fin d’année dans les régions de France où les enseignes sont très implantées ne vienne plomber la dynamique positive entrevue au T3. Cette situation montre bien que les résultats ne sont pas liés à la conjoncture de la crise du Covid, mais plutôt aux résultats de la stratégie annoncée en 2019 : proximité, e-commerce et nouveaux business dans le domaine de la data et de la production d’énergie.

Toutes les enseignes et tous les formats désormais rentables

Alors que la publication des résultats du premier semestre 2020 à l’été dernier avaient été accueillis avec quelques réserves par les marchés financiers, en raison notamment des coûts élevés (environ 130 millions d’euros sur le premier semestre) induits par les adaptations et autres dépenses contingentes liés à la gestion de l’épidémie de Covid-19, le second semestre, pour sa part, se caractérise par une amélioration de la rentabilité sur l’ensemble des activités et formats du groupe.

Le groupe de Jean-Charles Naouri capitalise sur les nouvelles façons de consommer

À maints égards, ces données financières matérialisent l’accélération de l’évolution de certains modes de consommation en 2020, et ce sur l’ensemble des zones géographiques où le groupe est présent, avec un recours de plus en plus significatif à la proximité et au e-commerce. Deux secteurs et deux formats sur lesquels, via ses enseignes de proximité que sont Franprix, Monoprix, Le Petit Casino, Spar ou encore Vival et via Cdiscount, le groupe Casino est solidement positionné et ce depuis plusieurs années. Dans le prolongement de ses orientations stratégiques de ces dernières années, le groupe de Jean-Charles Naouri a fait part de son intention d’accélérer sur cette voie, en poursuivant le développement des formats urbains, premium et de proximité (300 nouvelles ouvertures prévues au 1er semestre 2021), ainsi qu’en renforçant son offre sur le e-commerce, alimentaire et non-alimentaire.

En la matière, l’année 2020 s’est caractérisée par une série d’innovations et la signature de partenariats stratégiques, destinés à enrichir l’offre du groupe Casino. Au rang des innovations, la mise en service à la mi-mars 2020 de l’entrepôt O’Logistique, situé à Fleury-Mérogis en Île-de-France, intégrant la technologie d’automatisation du britannique Ocado, a permis au groupe Casino de se doter d’une solution logistique pour l’heure sans équivalent en France, permettant de réduire de manière significative les délais en termes de livraison à domicile à destination des clients franciliens de Monoprix et des enseignes Casino. Le renforcement des partenariats avec Uber Eats et Deliveroo, ainsi que l’extension du partenariat avec Amazon, dont les services sont désormais disponibles en Île-de-France, ainsi qu’à Nice, Lyon et Bordeaux, s’inscrivent également dans cette volonté du groupe de Jean-Charles Naouri d’accélérer sur le e-commerce alimentaire. À noter également l’accélération au cours de l’année dernière de l’offre du groupe en matière de click & collect, l’un des formats clés de l’année 2020, avec l’ouverture de 140 nouveaux points de livraison pour les enseignes Casino.

Le groupe a également poursuivi en 2020 sa stratégie de digitalisation de ses enseignes physiques, avec désormais plus de 533 magasins équipés de solution automatisées, proposant des paiements via smartphone ou bien des caisses automatiques.

Une année de tous les records pour Cdiscount

Contraintes sanitaires, confinement et couvre-feu ont considérablement porté le développement du e-commerce en France, comme le soulignait notamment une étude publiée en décembre dernier. Cdiscount, la filiale e-commerce du groupe de Jean-Charles Naouri, a, à cet égard, réalisé une année de tous les records, avec un total de 1,2 milliard de visites sur l’année 2020, 10 millions de clients et un pic en termes de visiteurs uniques de plus de 26 millions pour le seul mois de décembre et 4.2 milliards d’euros de GMV. Des performances portées notamment par sa marketplace, dont les revenus sont en hausse de 21,6% en 2020, à 1,5 milliards d’euros. Cdiscount a d’ailleurs lancé, en début d’année, une solution de marketplace clé en main à destination des distributeurs physiques et acteurs du e-commerce en France et à l’international. Parmi les zones géographiques sur lesquelles cette solution devrait être déployée figurent l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.

Pour gérer des flux de commandes en forte hausse, la filiale e-commerce du groupe Casino, basée à Bordeaux, et présidée par Emmanuel Grenier, s’appuie notamment sur une digitalisation et automatisation accrue de ses entrepôts, comme l’expliquait ce dernier dans un récent live réalisé sur Twitter.

Keep Exploring
burger vegan
On ne pourra bientôt plus parler de “steak” vegan