caisse du supermarché

Les prix dans la grande distribution ont diminué en juin sur fond de concurrence entre enseignes

Le secteur de la grande distribution a dû s’adapter à la nouvelle donne imposée par la crise sanitaire. Entre désertion partielle des clients en hypermarchés et retour en force des commerces de proximité, la concurrence est rude. En raison de cette bataille entre enseignes, les prix dans la grande distribution ont diminué en juin. Décryptage. 

La grande distribution riposte

Si à l’apogée de la crise la guerre des prix battait son plein, à ce jour, les prix ne se sont toujours pas stabilisés. Le cabinet Nieslen montre d’ailleurs qu’entre janvier et juin, les prix ont fléchi de -0,9%. Les produits des grands groupes ont, quant à eux, dû faire face à une forte concurrence entre juin 2019 et juin 2020. Avec un recul du prix de 1,3% en alimentaire et de 2,2% en DPH (droguerie, parfumerie et hygiène), l’heure est à la baisse selon le magazine Linéaires

Plus encore, les marques de distributeurs (MDD), qui étaient à l’abris des fluctuations, ont subi à leur tour une baisse notable de 0,3% sur 12 mois. Poussées à augmenter leurs prix après la loi Egalim, les grandes marques n’ont cessé depuis de pratiquer une guerre des prix exacerbée entre elles. 

Durant le confinement, et les commerces de proximité et les producteurs locaux vendant en circuits courts ont attiré davantage de clients et ce, au détriment des hypermarchés . Ceux-ci ont donc décidé de riposter pour faire revenir les clients, en tirant leurs prix à la baisse. Avec un recul de 0,5% des prix (contre 0,2% en moyenne), les hypermarchés auraient atteint un seuil critique en juin selon les statistiques d’IRI (société d’analyse de données et d’études de marché).

Une baisse des prix stratégique : attirer les clients à nouveau 

Le magazine Linéaires remarque également que les relevés A3 Distrib aux Editions Dauvers mettent en exergue des pics en juin, notamment sur les marques en drive des enseignes de la grande distribution Leclerc, Carrefour, Auchan et Cora. 

Par ailleurs, selon l’institut Kantar, le groupe E.Leclerc s’est largement démarqué avec une augmentation de sa part de marché de 1,9 point. Après deux mois consécutifs de baisse, le groupe de la grande distribution a progressivement regagné en vigueur et cumule 23,3% de parts de marché. 

Pour affiner leur stratégie des prix, chaque enseigne de la grande distribution devra encore faire quelques ajustements. La rentrée prochaine sera donc un indicateur décisif pour voir comment se comporteront les ménages français : retrouveront-ils le chemin des hypermarchés ou bien continueront-ils à privilégier les commerces de proximité ?

Keep Exploring
Digital
Une carte fidélité dématérialisée pour les supermarchés Match